vendredi 6 septembre 2013

Le Maxi Monster Music Show



Je me suis imaginé pénétrer dans l'enceinte du théâtre par une porte grinçante, descendre l'allée en rayant de mes talons bobine la moquette déjà usée, avant de me lover dans un siège poussiéreux et bancal de velours rouge. Mon jupon aurait été tellement volumineux que j'aurais dû l'aplatir de mes mains mitainées.
Ils auraient été là avant l'ouverture du spectacle, enfermés dans quatre étranges cadres installés autour de la scène, où des des images auraient défilé. Je les aurais vus, les Maxi Monsters, y faire de la boxe, du ski, du patin à roulettes, le tout sur fond de leurs mélodies grésillantes et rouillées. Ils auraient été guignolesques, commedia dell'arte-esques !
Et parce que nul rideau ne serait baissé et que, sur scène, un néon défectueux aurait clignoté tant bien que mal sur l'étendard de leur troupe, les attendre aurait été délicieux et prometteur.
Pendant les dernières minutes, j'aurais agité mon éventail en soupirant d'aise en repensant aux si nombreux crottins de cheval à l'entrée.

J'aurais adoré la représentation, j'aurais chanté avec eux, même, ce à quoi je ne me laisse d'ordinaire pas aller ! Vous pensez bien !
Vous me demandez pourquoi, ma bonne dame ?! Quel affront que votre scepticisme ! Diantre ! Il suffira ! Vous n'avez qu'à savoir que la poupée barbue saurait railler de la voix comme nul autre coffre ; un titi mal parti dans la vie qui aurait néanmoins son honneur, ses humeurs et sa gouaille ! Et qui aurait rythmé le spectacle en nous parlant d'atmosphère, d'atmosphère ! sans que je voie le temps passer.
Que chaque personnage, tout à la fois musicien, aurait fait son numéro en aparté, vaqué à ses occupations dans la pénombre, tandis que se jouerait l'action sous les feux de la rampe. 
La femme-tronc, la danseuse macabre, l'homme fort, l'homme-femme, l'ange noir et le fakir mystique auraient été une foire tantôt attendrissante tantôt cocasse, hors du temps et moderne. Oui, ma mie, môôdeeerne ! Fi, faudrait tout bonnement que vous puissiez écouter les paroles et que vous sortiez le dimanche !
Z'allez pas non plus me demander de tout vous raconter en détail ?! Z'avez qu'à bouger votre faux-cul de là, héler la première calèche et vous y rendre fissa ! Vous allez rire au point de vous en faire sauter quelques boutons ! D'ailleurs, vous n'auriez pas pris un peu de la silhouette, vous... ?

video


video

Maxi Monster Music Show
"Soir d'amour à Monte-Carlo" (mis en scène par Juliette)
Spectacle interdit depuis 1885
Prolongations jusqu'au 28 septembre
Théâtre de l'Alhambra.
26, rue Yves Toudic Paris 10 (M° République)
http://www.alhambra-paris.com/fiche.php?id=540

2 commentaires:

  1. Merci !!!! A ca c'est bien ecrit et ressenti!!!! Ca fait chaud dans mon coeur!!! Une bise velue de la poupee barbue!!!! Gina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mademoiselle Giiina Trapeziiina, un grand merci pour votre commentaire ! Les petits freaks que vous êtes m'ont chavirée ! Je vous tire mon chapeau bas.

      Supprimer